Ashes Rise of the Phoenixborn: le gars y’était tanné de Magic

Avertissement: Y’a peut-être un ou deux termes qui vous seront rébarbatifs si vous avez jamais joué à Magic de votre vie, désolé d’avance.

Facque une fois c’t’un gars.

Une boîte bien pleine, avec des couleurs chatoyantes qui attirent le regard.
Une boîte bien pleine, avec des couleurs chatoyantes qui attirent le regard.

Le gars, il s’est dit: Moi j’aime ça les jeux de cartes où deux entités puissantes s’affrontent dans un duel à mort en invoquant des pouvoirs déments et des créatures fantastiques… Tsé, ce genre de jeu-là. Comme Magic, Netrunner ou Doomtown. Mais je joue plus vraiment.

Il a raison au fond: c’est pas neuf comme jeu, mais ça reste le fun ces affaires-là. Ce gars-là, c’est Isaac Vega et il vient tout juste de publier « Ashes: Rise of the Phoenixborn » chez Plaid Hat Games maintenant part du multi-conglomérat montréalais (!) F2Z.

Déjà, d’entrée de jeu le gars il se dit: C’est l’fun Magic, mais des fois, les parties ont comme … des longueurs… y’a des tours interminables et des fois ça finit drôle. Y’a sûrement moyen de faire mieux.

Donc Ashes est un jeu de cartes « style Magic », mais avec un peu plus de « rythme »: Les tours sont plus rapides, en alternance (« Action-Réaction »), la texture du jeu est plus « tactique » avec des créatures qui naissent, attaquent et meurent rapidement au gré de la partie. Lorsque ton deck de 30 cartes est vide ça te cause des dégâts à la place de piger, ce qui a tendance à accélérer les fins de parties.

Ils font autant partie du deckbuilding que les cartes. Noter la chèvre sacrificielle sur le dé noir "Cérémonial"
Ils font autant partie du deckbuilding que les cartes. Noter la chèvre sacrificielle sur le dé noir « Cérémonial »

Alors là, le gars il s’est dit aussi: Pendant qu’on en parle, si y’a une affaire qui me gosse à Magic c’est vraiment quand tu piges juste des mana ou pas assez de mana.

Ashes utilise des dés de plusieurs types de mana différentes (Charme, Illusion, Nature et Cérémonial/Sacrificiel/Daaark) pour jouer tes cartes, qui ont plusieurs faces plus ou moins avantageuses et des pouvoirs spécifiques selon leur nature. Il y a des mécaniques en place pour atténuer l’impact d’un bon ou d’un mauvais jet de dés; Tu peux par exemple discarter une carte pour mettre un dé sur la face désirée. La gestion de tes 10 dés de mana est vraiment un défi à chaque tour.

Y'a quand même une bonne variété de cartes pour diversifier les options.
Y’a quand même une bonne variété de cartes pour diversifier les options, de toutes sortes de sorts et de créatures possibles

Ben notre gars encore il rajoute: …et tu tombes jamais sur les créatures que tu veux au bon moment!

Plusieurs créatures sont des « conjurations »: les sorts joués de ta main pour les invoquer restent sur la table en permanence une fois joués, et les créatures viennent d’une « pile de conjurations » à part du deck. Il y a aussi souvent des avantages à jouer plusieurs fois la même carte, alors même si tu as 3 copies d’un sort dans ta main, elles sont rarement inutiles.

Autre règle sympathique: Tu choisis ta main de départ! Ça permet de te bâtir une stratégie et d’être assuré de la démarrer du bon pied.

Bon là il en rajoute encore: C’est cool la construction de decks, il faut assez de possibilités mais pas 14000 cartes comme Magic. Pour les faire tu passes tes journées à courir les cartes que tu veux, qui sont rares la plupart du temps anyway. Netrunner c’est pas mieux, il faut des fois acheter 2 ou 3 boîtes de bases et 15$ d’extensions à chaque mois!

Alors dans les faits, un deck de Ashes se bâtit autour d’un « Phoenixborn ». Dans la boîte il y en 6 pré-construits qui ont des styles de jeu assez variés. Ça fait environ 240 cartes (60+ différentes), 40 dés (choisir les dés de mana appropriées pour ton deck fait partie du « deckbuilding »), et toutes les cartes sont en 3 copies, le maximum possible par deck, donc tout est là. Les extensions vont être publiées environ 3 fois par année, ce qui est moins effréné que la plupar des LCG.

Entre les dés, les cartes et les Phoenixborn, les possibilités de construction de deck sont vraiment énormes (il y a un deckbuilder en ligne si vous voulez voir quelques exemples.)

Ils ont de la gueule... regardez moi ces personnages-là... y'a pas de "damoiselle en détresse" ou de "boob armor" là...
Les Phoenixborn de la boîte de base. Ils ont quand même de la gueule… regardez moi ces personnages-là… y’a pas de « damoiselle en détresse » ou de « boob armor » là…

Enfin, le gars il termine avec: Tant qu’à faire, je ferais un beau jeu, et vu que mon thème est pas super original il faudrait au moins essayer de faire quelque chose d’un peu différent dans le thème.

Les cartes sont très belles, et ont été dessinées par une seule artiste, ce qui donne un résultat super-cohérent. Fait intéressant à noter: sur les 6 phoenixborn, 4 sont de belles femmes à la fois bien féminines et à l’air vraiment kick-ass, ce qui détone à la fois avec le ratio habituel dans le monde du jeu et avec les bikinis en chainmail.

Conclusion

Ce serait un peu court que de s’arrêter à la conclusion que « c’est comme Magic, mais avec des dés ». Je trouve que l’effort derrière ce jeu montre une plus grande ambition que ça. C’est un jeu agréable à jouer, avec du rythme et des possibilités stratégiques et tactiques assez poussées. J’ai hâte de voir si la profondeur va tenir le coup dans le temps.

Si vous n’avez pas touché à Magic au cours de la dernière décennie, mais en avez de bons souvenirs, et que pendant ce temps-là vous avez regardé d’un oeil intéressé les « Living Card Games » mais que vous hésitez à tremper l’orteil, Ashes est probablement un bon achat. Même pour le prix, vous avez au pire du pire un jeu « standalone » assez intéressant.

Est-ce que je vous le recommande? Certainement.

12 réflexions au sujet de « Ashes Rise of the Phoenixborn: le gars y’était tanné de Magic »

  1. J’adore vraiment les LCG, j’en est une série chez moi et Lilyane asteur comprends que je joue a un jeu, faque je lui donne des cartes d’un jeu dont je me fou et elle « joue » avec nous :P!

    Le gros problème que j’ai avec les LCG, c’est que tu dois avoir des gens qui veullent vraiment embarquer car les base box sont souvent quand même cher. La mécanique de Phoenix a l’air cool, faudrait voir après 10-15 games s’il y a une « loi normale » qui s’installe qu’importe le deck. Mais, ca semble être le genre de truc que j’embarquerais clairement pis gaspiller un autre 50$ pour jouer 2 games :P!

    1. Tu mets exactement le doigt dessus: y’a un « effet de réseau » qui est nécessaire quand tu t’embarques dans ce genre de jeu qui mise sur un « metagame » pour soutenir l’intérêt; jouer tout seul c’est pas vraiment l’idée. Ce qui « sauve » un peu Ashes, c’est que les decks pré-construits sont assez bien faits, et il y a aussi un « mode draft » (pense « cube de Magic »), qui semble bien apprécié mais que je n’ai pas encore essayé.

      Il y a des extensions prévues pour faire évoluer le jeu (justement éviter la « loi normale » dont tu parles), mais à un rythme pas trop fou… la première est prévue en février prochain, et 3-4 par année par la suite. Ça reste relativement cher (~50$) comme « ticket d’entrée », mais dans les LCG que j’ai vu, c’est dans les plus raisonnables.

  2. Ça m’a l’air vraiment intéressant, peut-être même un LCG dans lequel je serais tenté de m’embarquer si je n’avais si peu de temps de hobby.

    1. Au contraire, Franz, tu sais bien que tous les autres hobbies prennent trop de temps, t’as probablement juste la place pour un LCG… 😉

  3. Essayé chez Manu ce samedi. C’est effectivement très intéressant.

    Par contre, chaque « deck de base » a tendance à être très efficace (trop ?) contre certains de ses collègues : la première partie qu’on n’a fait, Manu n’a quasiment rien pu faire à partir du 2e tour (je jouais Mme « esprits de la nature » contre son monsieur « renard et araignées).
    J’imagine que le deckbuilding personnalisé et la multiplication des phenixborn atténuera ce petit souci.

    Je serais pr[et ‘a embarquer, si effectivement une communauté s’organise des parties régulìères. C’est une belle boîte, trop belle pour mériter de dormir au fond d’un placard… et pis, la place est déjà prise par Dreadball 🙁

    1. Les « decks pré-construits » l’ont vraiment été pour « démo-er » les différentes stratégies et possibilités du jeu.

      Si tu essaie de me faire filer coupable pour Dreadball, c’est en train de marcher! :\ J’ai espoir quand même « sur la durée » pour ce jeu… après tout Blood Bowl a pris quelque décennies avant de fonctionner… l’avantage des jeux de société c’est qu’ils n’ont pas de « date de péremption » comme les jeux vidéos (un jeu de 2003, c’est vraiment laid… 🙂 ).

      Un jour, un jour viendra où faire une partie hebdomadaire dans une « ligue de quelque chose » sera de nouveau possible… et peut-être même aurons nous de nouveaux joueurs en les personnes des Valentine, Jézabel, Zachary et autres Philémon … un jour… 😀

  4. Non, pour Dreadball, c’est un constat sincère. C’est un bon jeu mais, pour diverses raisons, la sauce n’a pas pris chez nous. Dommage car le potentiel du « jeu de ligue » était très riche… mais ça prend 4-5 joueurs qui aient une envie régulière d’y jouer, ce qui actuellement nous fait défaut.

    1. Il y a deux extensions qui sont annoncées sous peu, on n’a pas vu beaucoup de cartes, mais le jeu semble s’être bien vendu et avoir une petite communauté nascente. Ça augure bien, je vais suivre ça de près moi aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *