Elysium: manque de mayo

District 9 était génial. C’était d’abord un film avec un commentaire social, puis (accidentellement) un film de science-fiction complètement sauté avec des effets spéciaux réglés au quart-de-tour et quelques scènes un peu « gore ». C’était excellent. On attendait donc beaucoup du nouveau film du réalisateur, Elysium, qui partait pas mal de la même prémisse que personne ne se gênerait pour faire un film engagé, et exploser 3-4 trucs chemin faisant.

Elysium 9Alors pourquoi est-ce que j’en suis ressorti avec une vague déception? J’ai vraiment de la misère à mettre le doigt sur le bobo. Cherchons.

  • L’histoire n’est pas particulièrement d’intérêt: des riches sur une station spatiale, des pauvres sur une terre dévastée, un pauvre qui doit aller sur la station spatiale. Une petite fille malade. Un chasseur de prime psychotique. Il y a quand même assez de retournements de situation et d’imprévus pour que ça reste relativement original.
  • Le dialogue est un peu en carton, mais pas plus que ça… Jodie Foster en particulier est un peu « méchante d’opérette » (dommage), et ses motivations sont très crédibles mais se retrouvent « garochées » le long d’une conversation de 2 minutes.
  • À l’inverse, certains personnages sont beaucoup trop « humains » pour le film… des gangsters qui se trouvent une âme de samaritain altruiste quelque part entre deux hijacking sanglants, ça peut s’expliquer mais ça manque quand même de … euh… transition.
  • C’est un peu grossièrement manichéen (les méchants riches VS les gentils pauvres), mais vous savez quoi? Ça ne me dérange pas tant que ça… y’a en masse de parallèles à faire avec la vraie vie de tous les jours maintenant, que c’est pas une mauvaise chose de souligner au feutre noir et rouge. On entend assez souvent « si on y mettait les moyens on pourrait nourrir la planète entière » pour ça.
  • Les scènes d’action sont excellentes, autant pour la technologie « 2154 » que pour le « pacing ». J’aime les robots dans le film, ils sont surprenamment attachants quand ils matraquent les passants. Paraît que son prochain film est une histoire de robots. J’ai hâte.
  • Y’a toujours quelqu’un qui vomit dans les films de Blomkamf apparemment.

Toutes des choses louables ou tolérables en elles-mêmes, pas de « deal breaker ». Bref, j’en arrive à la conclusion qu’il manque juste la mayo pour faire tenir la salade. Quelque chose qui aurait « lissé » toutes les différences entre ces éléments.

Pas sûr si ça tient de la réalisation ou du scénario (les deux auraient pu faire la « colle »), mais dans les deux cas c’est Neill Blomkamp qui est « au bâton », et qui devrait prendre au moins un peut de « flakk » pour ça. Je t’en prie, Neill, ne fais pas un George Lucas de toi, la prochaine fois on se concentre sur le fond OU la forme, pas les deux!

La Cote Alex: 1d6, +10 pour les inconditionnels de District9, +3 pour ceux qui aiment le look « post-apocalyptique » avec des tatouages vraiment cools, +5 si vous êtes vraiment fanatiques de « hard sci-fi » (i.e. poussiéreuse, réaliste).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *