7 réflexions au sujet de « Le Print on Demand, la Mecque de l’édition? »

  1. Tu te lances dans le Vlogging? :p
    Intéressant, et décevant, la qualité du papier joue beaucoup pour moi, et recevoir un produit sur papier d’imprimante est inacceptable. Faudrait voir ce que ça donne chez d’autre compagnies comme FFG.

  2. Aucun médium de communication n’est à mon épreuve! 😀

    C’est le PoD de DriveThruRpg que j’ai commandé, je ne sais pas de quoi ont l’air les autres.

  3. Je n’ai pas eut le même genre de problème d’alignement des pages. Pour les couleurs cependant je ne sais pas puisqu’il n’y avait pas d’option couleurs à l’intérieur. Le papier, en effet, est pas mal plus mince et il y a une bordure de blanc autour de chaque page (égale quand même). Il était cher ton livre?

    1. 35,32$ (46,66$ avec le shipping), ce qui je dois l’admettre n’est pas si mal. Mais ce qui m’écoeure c’est qu’un livre comme ça qui verrait beaucoup de jeu devra être remplacé d’ici quelques années.

      Il paraît que les nouvelles technos couleur sont « borderless », mais je n’ai pas vu ça encore.

      1. Environ la même chose que DG: Countdown. Moi j’ai trouvé le prix correct étant donné l’alternative d’essayer de trouver une version usagée.

        Ça serait bien s’ils nous donnait la possibilité de payer un peu plus pour du papier plus durable (Staples le fait avec so site en ligne d’impression donc pas bien bien compliqué) et je suis certaine qu’il existe une technologie d’impression sans bordure; mais peut-être que cela demande plus de travail our que les imprimeurs par lesquels ils passent ne l’offrent pas.

        J’avoue que j’hésiterais à financer un kickstarter pour ce genre de qualité étant donné que c’est souvent bien plus cher que le prix du livre seulement.

        1. Ce qui m’étonne un peu à vous lire (ou à vous écouter 😉 ), c’est d’apprendre qu’on utilise des « technologies » spécifiques pour le PoD. On parle quand même d’éditeurs au minimum semi-pro, voire de grosses corporations (à l’échelle du milieu) comme White Wolf. Je n’y connais pratiquement rien en matière d’imprimerie, mais tout de même: ce ne serait pas possible de mettre en route les chaînes de production « normales », tout en se fixant un nombre d’exemplaires produits en fonction de la demande?

          1. Les techniques d’impression « classique » ont des frais fixes qui font en sorte que pour un petit tirage, ça revient TRÈS cher du livre. De mémoire, si tu veux vendre ton livre à un prix raisonnable, on ne regarde rien en bas de 5000 exemplaires, et tu restes bien sûr pris avec ce qui reste. Même les « grosses corporations » font appel à un imprimeur, d’ailleurs de plus en plus en Chine pour économiser.

            Ce que le PoD apporte, c’est justement la possibilité de faire des micro-tirages (jusqu’à 1 exemplaire), mais la qualité s’en ressent (Dixit moi-même). D’ici à ce que les livres imprimés en PoD soient de la même qualité, il reste du chemin à faire, mais on va sûrement y arriver un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *