Quand le Humble Bundle a un jeu que je veux en spécial, c’est une belle journée..

Dans les choses qui mettent un peu de soleil dans ma vie, il y a « acheter un nouveau jeu vidéo », « acheter un nouveau jeu de plateau », et « faire une bonne action ». C’est cool, aujourd’hui j’ai fait les trois en même temps… Continuer la lecture de Quand le Humble Bundle a un jeu que je veux en spécial, c’est une belle journée..

Pandemic Legacy: un GRAND jeu, un jeu historique.

pandemiclegacy
Disponible chez tous les bons virologues.

Oui, il m’est déjà arrivé de faire dans l’hyperbole (qui, je le rappelle, n’est pas un super-héros avec de bons résultats scolaires), mais croyez-moi il y aura un « Avant » et un « Après » Pandemic Legacy ». Déjà, c’est l’un des jeux qui m’a fait vivre le plus d’émotions « pures » de tous ceux auxquels j’ai joué. Juste ça lui vaut d’emblée mon meilleur jeu de 2015 et un spot dans mon top 5 à vie, mais lisez ce qui suit si vous voulez comprendre toute l’ambition de cette boîte de carton pas particulièrement économique (~80$), qu’il faut d’ailleurs que je mette aux poubelles (recyclage, bon) parce qu’elle ne me sert plus à rien.

L’avertissement est obligatoire: le jeu a une « storyline », et je ne vais (presque) rien en dévoiler (« spoiler »), mais tout ce qu’il est possible de voir/déduire à l’ouverture de la boîte d’après les composantes est « fair game », avertissement aux puristes qui voudraient se réserver entièrement la surprise. La partie se dévoile comme une effeuilleuse gênée, un morceau à la fois.

Continuer la lecture de Pandemic Legacy: un GRAND jeu, un jeu historique.

Les Jeux de Rôles les plus populaires (mai 2015)

CLASSEMENT MAI 2015
Progression en Mai pour les JdR les plus populaires.

Une mise à jour sans grandes nouvelles.

  • Belle progression des produits Star Wars de FFG. Je soupçonne que certaines personnes ont commencé à se faire des parties de Force & Destiny, mais que celui-ci n’est pas encore disponible dans les options de systèmes.
  • Des 10 683 parties créées depuis 1 an, 4735 (44%) l’ont été pour D&D5 et 2073 (19%) pour Pathfinder. Le reste est sous la barre des 5%.
  • Le nombre de campagnes a grandi de 16%, ce qui veut soit dire que plus de gens d’abonnent ou que les gens créent plus de campagnes. La version gratuite permet de maintenir 2 campagnes simultanément.

Comme à l’habitude, les données brutes après le saut de page. J’y ai ajouté le nombre de parties créées depuis 8 mois (le début des statistiques).

Continuer la lecture de Les Jeux de Rôles les plus populaires (mai 2015)

Les jeux de rôles les plus populaires (Mars 2015)

Voici les données mises à jour pour mars 2015 (données de février)

  • Progression des jeux au fil du temps
    Progression des jeux au fil du temps

    Je me suis trompé sur le début du règne de Pathfinder au numéro 1, D&D 4 a sorti une progression surprise pour garder la couronne. D&D 3/3.5 on connu une faible baisse.

  • Sinon, peu de modifications dans le rang lui-même: FATE RPG qui gagne un rang aux dépens de l’univers 40K de FFG, et Star Wars d20/Old School World of Darkness qui jockeyent la même position.
  • Malgré une belle progression, la série Star Wars de FFG, qui n’a pas pu passer le grand classique qu’est AD&D 2e édition. Gageons que Force&Destiny, le dernier opus du triptyque, viendra apporter de l’eau à son moulin.
  • Encore une forte croissance pour D&D 5e, mais moins forte qu’en février (où elle était de 20%).
    Tout cela est somme toute comparable aux chiffres compilés par ENWorlds sur l’achalandage des divers forums ; pas de gros clash et même une certaine cohérence sur la croissance de D&D 5 et de Fate RPG.

Full Stats après le jump.

Continuer la lecture de Les jeux de rôles les plus populaires (Mars 2015)

2015 et encore tant de préjugés sur les geeks

Si les oiseaux se cachent pour mourir, les geeks, eux, se cachent pour jouer. Quoi qu’on en dise, même en 2015 ça reste quand même un sacré stigmate que d’être Geek, et c’est bien dommage. Les choses ont bien sûr quand même changé, depuis 10-15 ans surtout: il y a maintenant des émissions de télévision et même des canaux entiers sur les jeux vidéo (mais les M.Net ferment malgré tout leurs portes), la moyenne d’âge des joueurs est remontée au point où les « gamers » moyens ont des enfants et une hypothèque (oui, on a des vies amoureuses aussi), on a des festivals comme Montréal Joue, et les films comme X-Men et Guardians of the Galaxy ont obtenu un succès assez populaire pour que les gens différencient Wolverine et Groot (hint: celui avec les branches c’est Groot.)

Un jour faudra m’expliquer pourquoi c’est pas considéré comme un chef d’oeuvre, ça, autant pour le sculpteur que pour le peintre.

Mais dès qu’on tombe dans le « sérieux », au travail, suffit de mentionner que tu a des hobbys comme les jeux de société (« tu joues encore à ton âge? » 😉 ), les jeux vidéos (plus que juste Candy Crush, là), la peinture de figurine, les jeux de rôles ou le fait que tu te costumes pour une convention, et c’est inévitable, tu essuies bien souvent un gros jugement bien sale en pleine face (« Maudit nerd! »). Quelque part, peindre des figurines rime toujours avec « immaturité » (alors que peindre des tableaux passe pour « classe et recherché »?). Jouer au Poker c’est cool, mais jouer à Skulls&Roses ou The Resistance (deux excellent jeux de bluff) ça passe « drôle ». Pas trop sûr non plus pourquoi un pool de hockey c’est OK, mais pas tenir une ligue de Blood Bowl ou X-Wing. Et je ne vous parle même pas d’admettre que tu joues à des jeux de rôles (i.e. Donjons et Dragons), là on est carrément dans le suicide professionnel.

Remarquez, je suis plutôt choyé dans mon milieu de travail (j’y ai même corrompu quelques collègues) et il y a toujours les milieux créatifs, mais vous seriez quand même surpris du conservatisme qu’on y retrouve aussi parfois. Combien de geeks « prennent leur trou » pour éviter d’essuyer les railleries des collègues? Alors on garde un profil bas; lorsque je joue à des jeux de société sur mon heure de lunch, j’essaie dans la mesure du possible de choisir une salle de conférence « hors de vue des passants », au cas où un vice-président passerait par là et me voyait en train de (horreur!) avoir du plaisir sur les lieux de travail.

« Quand vous aurez fini de jouer aux cartes là-dedans, on a du travail à faire, nous. « 

– Entendu dans un emploi précédent lors d’une session de Planning Poker .

Les entreprises sont schizophrènes sur le sujet: malgré ce que proclame le milieu du travail, ils ne sont pas particulièrement intéressés à engager et garder les gens créatifs, ludiques, joueurs, geeks ou peu importe les autres sobriquets ou leur donner des rôles de direction. Les vraies valeurs au travail sont de facto moins progressistes que les compagnies ne le laissent entendre. C’est un peu attendu.

Il existe un trésor, une richesse qui dort…

Pourtant, tout ce qui tourne autour des univers geek, de la science-fiction, de ses jeux, de la littérature qui lui est propre et de sa culture a été montré maintes et maintes fois comme étant formateur, socialement riche et intellectuellement stimulant. En gros: ça rend plusse mieux, surtout au travail.

Traduction libre: « Tout ce qu’il faut vraiment savoir, je l’ai appris en jouant à D&D ».

Je le dis, je l’ai souvent dit: si je sais aujourd’hui animer une réunion professionnelle sans broncher, c’est que j’ai appris à animer une table de Donjons  & Dragons dès l’âge de 10 ans. Si je sais donner des conférences avec une certaine aisance c’est que j’ai fait des discours-fleuves improvisés dans la peau d’un monarque vampirique fou devant d’autres fêlés costumés comme moi lors de soirées de théâtres interactifs (LARPs, oui je suis weird de même 😀 ). Si j’aime « sortir des sentiers battus » pour trouver des solutions à divers problèmes, c’est que j’ai été immergé de tant de façons différentes dans la résolution de problèmes par des centaines de jeux de sociétés, jeux vidéos et autres puzzles tous plus uniques et tordus les uns que les autres, que c’est devenu une seconde nature d’essayer de « trouver la twist ».

Et je ne suis pas le seul, tous les bizarres et les étranges et les « marginaux » de votre compagnie ont une mine de talents précieux à mettre à profit. C’est une perte sèche au nom d’une certaine rectitude pas toujours justifiée.

Peut-être qu’il faudrait se partir une société secrète

Ce serait « G » pour « Geeks les bienvenus »?

Je ne sais pas trop ce qu’il faudrait pour « sortir du placard » à cet égard. Est-ce qu’on a vraiment besoin d’une parade de la fierté Geek? De former une société secrète (poignée de main secrète incluse)? Peut-être qu’on a tout simplement besoin d’attendre que les cravatés « stuck-up » prennent leur retraite, et qu’il soit normal d’avoir grandi en sachant que jouer à des jeux vidéo n’est pas une activité asociale ou signe d’une tare mentale.

Vous pouvez toujours commencer en envoyant cet article au reste de votre famille qui est confuse sur les raisons qui font que d’enfiler votre uniforme de Star Trek (le rouge méga-cool de « Command », là, avec quatre « dots » au collet) vous rende inexplicablement heureux(se).