Le Screech Terre-Neuvien: Something Fishy

À l’instar du Caribou pendant le Carnaval de Québec, le Screech est un bel exemple alcool « local ». Rapporté à grands frais par un ami d’un voyage dans cette province qui nous déroba jadis le Labrador, le terme « Screech » s’applique aussi plus généralement là-bas à n’importe quelle « bagosse » (« moonshine ») distillée par le premier venu. L’histoire est plus intéressante que le produit: il s’agirait d’alcool troqué à l’origine par les îles aux terre-neuviens pour des quantités immenses de morue. Puisque que les Jamaïcains n’envoyaient pas nécessairement leur meilleure cuvée quelque part au nord du Jet Stream, on ne pouvait quand même pas s’attendre à ce qu’ils fournissent des barriques étanches, d’où le p’tit fond de goût d’eau de mer qu’on croit y déceler, surtout à la première gorgée (ou serait-ce mon imagination?). Le nom viendrait d’un cri poussé par un pauvre militaire américain qui ne s’attendait pas à ce calibre de tord-boyau.

Ça c’est la belle histoire. Dans la pratique, la marque de commerce « Screech » a été reprise par la « Newfoundland and Labrador Liquor Corporation« , qui en a fait l’élément central d’un rituel sordide impliquant manger du baloney et embrasser une morue (qui n’est pas un euphémisme pour « frencher une terre-neuvienne ».). Ce rituel (le « Screech-in ») est sensé conférer une certaine terre-neuvitude à celui ou celle qui s’y prête.

Un lustre légendaire. Genre.
Un lustre légendaire. Genre.

Je vous surprendrai peut-être en vous disant que c’est loin d’être mauvais dans un Rhum’n’Coke/Pepsi, et qu’on est clairement dans un cas de « c’est si mauvais que ça commence à être bon ». C’est un peu comme boire la sauce St-Hubert; ça peut pas être bon pour toi, mais il y a un sentiment de transgression et d’interdit qui va au-delà de l’ingestion de gras quasi-pur. Le liquide est brun clair, l’alcool se goûte, et si je voulais faire mon « Papilles », on est probablement dans la famille arômatique de la toast beurrée à la cassonnade passée à broil dans le four une minute ou deux (vous essaierez).

Cote Alex: 1d12, +5 si vous venez de Terre-Neuve (j’imagine), +5 si pour vous « tant qu’ça saoûle » est un critère valide, -10 si vous êtes du genre à snobber tout ce qu’il y a en bas d’un Appleton 21 ans. Peut aussi alternativement servir à dégivrer les vitres (de votre bateau, si vous voulez rester dans le thème).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *