Actualités : Sommet de l’éducation sans l’ASSÉ

…lassé…

Je suis un ‘carré rouge convaincu’. Je suis également en faveur de la gratuité scolaire. Les tentatives diverses de l’ex gouvernement libéral pour écarter l’ASSÉ des négociations m’énervaient au plus haut point.

Certes, l’ASSÉ tenait le rôle de la branche ‘extrême du mouvement étudiant ‘légal’, rôle souvent nécessaire dans des négociations sur fond d’affrontement (idéologique ou sur le terrain, les deux dans ce cas).

Mais je dois dire que leur position position actuelle me crispe pas mal. Oui, il était maladroit de la part du ministre Duchesne de déclarer que la gratuité ne serait pas proposée au sommet. Il aurait pu dire que ce n’était pas envisageable pour le moment pour des raisons budgétaires à court terme, que cela pourrait tout de même être discuté à long terme, mais que le premier objectif du sommet était de définir une politique immédiate. C’est d’ailleurs comme cela que j’ai compris le recadrage par Marois, dans un effort pour avoir tout le monde à table. Le contraste avec les tactiques libérales qui prenaient le moindre prétexte pour exclure ou laisser s’exclure l’une ou l’autre organisation est à noter.

Dans ce contexte, je trouve la position de l’ASSÉ plutôt dommageable. Surtout quand ils déclarent que le PQ trahit sa parole et se posent eux comme les vrais dépositaire du mouvement de l’an dernier. Mouvement qui avait accepté de mettre la gratuité (sujet moins consensuel) de côté pour parer au plus pressé : contrer les hausses. L’un des risques de leur décision de boycotter le sommet est qu’une partie de la population va faire l’amalgame entre tous les étudiants. Même parmi ceux qui soutenaient les étudiants en 2012, on va probablement voir une érosion de ce support. En bref, l’image des étudiants que Charest a essayé d’imposer à la population, c’est l’ASSÉ elle-même qui va contribuer à la répandre.

Des bon points ? Peut-être, mais faibles. En s’excluant des discussions et en préparant une autre grève, l’ASSÉ conforte son rôle extrémiste et multiplie de fait les moyens d’actions pour faire avancer la cause. Certains s’assoient pour discuter, mais d’autres appliquent de la pression. La tactique est hasardeuse, pour le moins. Elle donne surtout l’impression qu’avec certaines personnes, il n’est finalement pas vraiment possible de discuter.

s.

Cyberespace cybershmespace

Un article passionnant aujourd’hui sur le cyberespace sur salon.com (pas le site que je fréquent le plus souvent, en plus) et repris sur /. , mettant à mal quelque chose qu’on prend malgré tout un peu pour acquis avec le temps. Pour résumer le propos, c’est un rappel un peu brutal que l’idée même de l’extraterritorialité du cyberespace est à la base ridicule: Internet roule sur des serveurs, des fils, des fibres et des disques qui appartiennent bien à des gens, et qui ont une localisation bien physique et définie.

La source de tout ce brouhaha

Autant je ne peux être qu’en accord avec cet énoncé, autant j’émet des réserves toutes personnelles sur son absolue vérité. Continuer la lecture de Cyberespace cybershmespace

Actualité : le pape renonce à son pontificat…

… il aurait quand même pu faire ça pendant le lock-out !

Mais sinon, c’est ironique que ce pape très conservateur va peut-être passer à l’histoire comme un pape moderne grâce à ce qui sera finalement sa dernière décision.

Tout le monde parle du Cardinal Ouellette, mais apparemment les québécois ne semblent pas vraiment vouloir qu’il soit élu. Probablement parce que lui aussi traîne une image de conservatisme. Ironiquement, c’est justement parce que pas mal de chrétiens progressifs préféreraient un homme plus moderne qu’il risque d’être élu.

s.

Actualité : Commission Charbonneau

J’écoutais les résumés de la commission, la semaine dernière, et j’étais frappé du mutisme de Joe Borsellino. Il n’est au courant de rien, sauf que la mafia n’est pas impliquée. Il s’est fait tabasser sans savoir pourquoi, mais il se tient désormais ‘tranquille’ (ce qui est contradictoire, comment éviter de froisser du monde si on ne sait pas qui on dérange, et pourquoi).

Pour moi, ce n’est pas juste le premier témoin hostile. Je pense qu’on est arrivé à un autre niveau dans l’organisation. La loi #1 de la Mafia, c’est l’Omerta, la loi du silence. Quelque part, c’est un peu un aveu de M. Joe…

Ceci n’est pas un bateau (hommage à Magritte)

« If I said bateau, I said bateau. Does it mean it’s a bateau? I could have said anything. »

s.