Pandemic Legacy: un GRAND jeu, un jeu historique.

pandemiclegacy
Disponible chez tous les bons virologues.

Oui, il m’est déjà arrivé de faire dans l’hyperbole (qui, je le rappelle, n’est pas un super-héros avec de bons résultats scolaires), mais croyez-moi il y aura un « Avant » et un « Après » Pandemic Legacy ». Déjà, c’est l’un des jeux qui m’a fait vivre le plus d’émotions « pures » de tous ceux auxquels j’ai joué. Juste ça lui vaut d’emblée mon meilleur jeu de 2015 et un spot dans mon top 5 à vie, mais lisez ce qui suit si vous voulez comprendre toute l’ambition de cette boîte de carton pas particulièrement économique (~80$), qu’il faut d’ailleurs que je mette aux poubelles (recyclage, bon) parce qu’elle ne me sert plus à rien.

L’avertissement est obligatoire: le jeu a une « storyline », et je ne vais (presque) rien en dévoiler (« spoiler »), mais tout ce qu’il est possible de voir/déduire à l’ouverture de la boîte d’après les composantes est « fair game », avertissement aux puristes qui voudraient se réserver entièrement la surprise. La partie se dévoile comme une effeuilleuse gênée, un morceau à la fois.

Continuer la lecture de Pandemic Legacy: un GRAND jeu, un jeu historique.

Les jeux coop, c’est comme le « H » de Hawaii

Ça sert à rien.

Pourtant, les jeux coops sont vraiment à la mode (et tendance).

« If winning isn’t everything, why do they keep score? » – Vince Lombardi

Posons deux hypothèses simplistes mais efficaces sur le jeu de société : A) on y joue pour faire face à un « challenge » (jeu) et B) pour y jouer avec d’autres gens (de société). Deux cas de figure s’imposent lors d’un jeu coop:

  1. Je ne suis pas le meilleur pour jouer au jeu (C’est généralement le cas): Alors si on veut surmonter le challenge avec satisfaction, je devrais normalement suivre les recommandations du meilleur joueur, son plan et ses stratégies. Peut-être faire quelques suggestions, mais s’il les juge moins bonnes que les siennes, elles le sont probablement. Alors la question qui tue est : À quoi je sers au juste? Pourquoi je joue?
  2. Je suis le meilleur joueur (juste vrai à 52-ramasse). Pourquoi le groupe ne suivrait-il pas mon plan, pour toutes les excellentes raisons détaillées ci-dessus? Ce sont alors eux qui s’emmerdent en se demandant pourquoi ils jouent.

Je vous laisse vous imaginer l’ambiance du groupe si plusieurs personnes sont persuadées d’être le meilleur joueur autour de la table (Plaisir garanti). Ça rajoute aussi juste un peu de sel sur la plaie de tout le monde quand on décide de ne pas suivre le plan du « meneur » et que ça foire. Continuer la lecture de Les jeux coop, c’est comme le « H » de Hawaii