♫ AAAAAAAAAAAAA, AH-AH AH-AAAH, ESTEBAN ZIA, TAO LES CITÉS D’OOOOOOOR ♫

J’avais fini par céder et par m’offrir le coffret DVD des Mystérieuses cités d’or : dans mes souvenirs, c’était plutôt bon et après tout, peut-être que ma fille aimerait en voir quelques épisodes avec moi avant de se lasser. Je ne m’étais qu’à moitié trompé : c’est encore bon, mais ma fille s’est dévoré les 39 épisodes tellement ça lui a plu. Quand elle a su qu’il existait une saison 2, et bien on l’a acheté malgré mes doutes. Était-ce vraiment nécessaire de faire une suite ? Les concepteurs sauraient-ils rallumer la magie trente ans plus tard, ou n’était-ce qu’une opération bassement commerciale ? Le seul épisode entraperçu à la télé m’avait paru plutôt faible, mais bon comme je ne peux rien refuser à ma fille (ou presque), on a été acheter ce 2e coffret.

Et bien ma fille avait encore raison.

Alors, ça vaut le coup ?
Alors, ça vaut le coup ?

Continuer la lecture de ♫ AAAAAAAAAAAAA, AH-AH AH-AAAH, ESTEBAN ZIA, TAO LES CITÉS D’OOOOOOOR ♫

Miraculous : les aventures de Ladybug et Chat Noir

Gardant un œil distrait sur les émissions que regarde ma fille, mon attention a été attirée par un dessin animé qui avait un « petit quelque chose de plus ». Le premier depuis un bon moment… à dire vrai, depuis « Avatar the Last Airbender » en 2008. J’ai creusé un peu, regardé quelques épisodes sur internet et clairement, ça sort du lot. Et peut-être n’est-ce que le début.

Vous croyez qu'il n'y en a que deux ??? Naïfs que vous êtes...
Et voici nos deux héros, avec leur Miraculous et leur animal-esprit-kawaï.

Continuer la lecture de Miraculous : les aventures de Ladybug et Chat Noir

Sons of Anarchy: peut-on mourir d’une overdose de thème?

Si vous êtes comme moi, si un jeu de société ou un jeu vidéo est sous licence d’un film, d’une série ou d’une franchise, c’est louche en partant. Il y a des « bof » comme Star Trek: Expeditions mais aussi des jeux incroyables comme Battlestar Galactica, X-Wing ou Firefly (édité par Gale Force 9)

Mais vous est-il jamais passé par la tête qu’à l’inverse, une licence pouvait tuer un bon jeu? C’est clairement ce qui s’est passé avec Sons of Anarchy (aussi édité par GF9), définitivement l’un de mes coups de coeurs de 2015 (ex-aequo avec l’excellentissîme Codenames, probablement mon prochain review).

Comment est-ce possible? Je vous explique ça…

Continuer la lecture de Sons of Anarchy: peut-on mourir d’une overdose de thème?

Le salon branché: AppleTV, Chromecast, Plex, WiiU, et quoi d’autre encore?

Vous voudriez pouvoir écouter votre collection d’Evan Joanness directement de votre téléphone sur votre système de son sans changer de disques tout le temps? (Tous les goûts sont dans la nature)

C’est pas si compliqué de mettre son salon plus « techno », et de pouvoir écouter ce qui vous tente quand ça me tente, sur le bidule qui vous convient. Vous avez une télévision achetée dans les dernières années et vous demandez comment vous pouvez en tirer parti? Vous avez des vieilles séries que vous avez stocké numériques? Je vais essayer de vous présenter quelques gadgets qui peuvent vous simplifier la vie dans le domaine.

La plupart des équipements récents utilisent l'entrée "HDMI" (High Definition Multimedia Interface) de votre télévision, qui fournit à la fois le son et l'image. Si vous en avez une, vous avez de quoi faire.
La plupart des équipements récents utilisent l’entrée « HDMI » (High Definition Multimedia Interface) de votre télévision, qui fournit à la fois le son et l’image. Si vous en avez une, vous avez de quoi faire.

Pour être honnête, j’ai pas le cable numérique (Illico et Bell Fibe), je ne connais donc pas particulièrement bien ce que ça offre, avec leurs enregistreurs numériques, je suppose que ça ressemble beaucoup à ce que je vais vous exposer. Ce dont je vous parle, c’est la version un peu « faite maison », qui est plus compliquée mais maudit que ça marche bien. 😀 On commence par la version la plus « maman-friendly »… Continuer la lecture de Le salon branché: AppleTV, Chromecast, Plex, WiiU, et quoi d’autre encore?

Locke & Key: J’ai pas de traduction pour « coming of age »

C'est rare que vous les verrez les 6 tous ensemble tellement on me les emprunte!
C’est rare que vous les verrez les 6 tous ensemble tellement on me les emprunte!

Je déteste les séries qui n’en finissent pas tout autant les séries télé que les séries de romans ou de « graphic novels ». J’aime quand les choses ont un début, un milieu, une fin et surtout quand il ne reste pas une tonne de « loose ends » et de mystères à la fin.

J’ai donc failli ne pas prendre « Locke & Key » quand il est sorti, et c’est bien parce que le gars du magasin m’a menti éhontément que j’ai commencé à le lire (il m’avait dit « c’est self-contained ». Bull.) Une maudite chance que c’est une excellente série sinon je n’aurais jamais pardonné au commis de m’avoir fait endurer l’attente du prochain tome pendant 5 fricking années.

Les enfants Locke: Bode, Kinsey et Tyler. Full adolescents et/ou cutement enfant.

Locke&Key, donc, est une BD suivant les aventrures de famille Locke, les enfants surtout, aux prises avec un Mal extraordinaire dans la charmante ville de Lovecraft, Massachussetts. Oui, il y a plein de référence à Lovecraft (l’écrivain), même si ce n’est d’aucune façon une histoire Chtulhienne ou même en lien avec l’oeuvre du célèbre auteur. Au fil de l’histoire, qui s’explore sur 6 tomes « hardcover » colligeant 6 « mensuels » chacun, on remonte de la guerre de sécession américaine à aujour’hui, dans une ambiance un peu étouffante avec des gens pas tout à fait bien dans leur peau, mais qui se tiennent d’une façon touchante contrastant tout à fait avec le désespoir ambiant qui devrait régner.

Les dessins sont magnifiques… et parfois des clins d’oeil futés à certains thèmes récurrents… dont Shakespeare…

Pas pour des enfants: c’est sanglant, très sanglant… d’abord, ça commence sur un meutre sordide, qui est le coup d’envoi pour toute l’histoire, et personne n’est vraiment assuré de survivre au dernier tome. Il y a des démons, des esprits, et… des clés. Plein de clés merveilleuses. Je ne dévoile pas grand’chose en disant que leur maison (« the Keyhouse ») regorge de clés toutes plus fantastiques les unes que les autres; par exemple, l’une des clés les moins surprenant est la « Angel Key », qui permet de voler avec de belles grandes ailes blanches. Découvrir à chaque tome les nouvelles clés et leur implication profonde sur l’histoire est un délice, et ce sont véritablement les aiguilles qui tissent la toile de l’histoire.

À se demander quel est vraiment le sujet de la série, on finit par aboutir à la conclusion que c’est à propos du passage à l’âge adulte, de la famille, et d’à quel point être adolescent c’est un âge de merde. C’est une histoire puissante, que je vous recommande chaudement, Les droits pour une série télé ont été acquis et un pilote bien reçu à un ComiCon en 2011 mais ne semble pas partie pour être diffusée avant un film présentement en cours de production. Si l’esprit de la BD se retrouve intacte, ce sera un sacré succès.