Les Jeux de Rôles les plus populaires (Avril 2015)

Voici les données mises à jour pour Avril 2015 (Voir les données de Mars).

  • Deux changements seulement, mais un majeur: Pathfinder devient #1, et Shadowrun dépasse 40k (principalement une perte de vitesse de ce dernier).
    Deux changements seulement, mais un majeur: Pathfinder devient #1, et Shadowrun dépasse 40k (principalement une perte de vitesse de ce dernier).

    Pathfinder est numéro 1! Ça fait un petit bout de temps que ça se trame, et D&D4 semble en pure stagnation. J’imagine que dans le style « pur Donj' », c’est Paizo et Pathfinder qui ont su le mieux capturer les fans de ce style de jeu, avec leur matériel fourni, fouillé, et publié avec la régularité d’un métronome. Pour avoir été à GenCon cette année, PF y était presque aussi représentée que D&D (pourtant en plein lancement), et les files pour le kiosque de Paizo étaient très longues.

  • Les fortes croissances du mois sont (encore et toujours) pour D&D5 avec 13%, et 6% pour la gamme Star Wars de FFG, pour laquelle il n’y a pas encore Force and Destiny (en fait il y en a mais elles ne sont pas encore catégorisées comme telles).
  • À part D&D4, la seule décroissance à noter sur plusieurs mois est celle de « Other »; pourrait-on interpréter cela comme un ralliement vers les jeux de rôles « bannière »?
  • Le nombre globale de campagnes sur le site est toujours en croissance d’environ 2% par mois.

Les données brutes disponibles après le saut de page. Continuer la lecture de Les Jeux de Rôles les plus populaires (Avril 2015)

XCOM: The Board Game, première impression INCOMING!

Basé sur l’excellent jeu vidéo du même nom, XCOM: The Board Game est l’un de ces jeux de sociétés qui prennent une idée nouvelle, pas encore totalement rentrée dans le psyché des joueurs, et la met carrément sur la table, comme le gars qui dit « chez nous, c’est le la 50 qu’on boit » en déposant sa caisse de 24 sur la table. Qu’on aime la 50 ou pas.

Dans le cas présent, c’est le fait qu’une partie du jeu ne soit pas dans la boîte, mais bien qu’une application (iPhone/iPad, Android, PC, Mac, probablement Palm Pilot aussi) soit nécessaire.  Ça a l’air de ça, et c’est très, très stressant de voir le temps descendre en attendant une décision.

Le temps, la tâche, le stress.
Le temps, la tâche, le stress.

D’ailleurs, autant régler ça tout de suite: Vous pouvez carrément jouer l’application dans votre browser, au cas où vous n’auriez rien d’autre que votre PC sous la main. D’ailleurs, si vous voulez une idée de comment ça joue, allez faire un petit « tutoriel »

Ça a un côté très similaire à Space Alert, comme quoi il y a une phase minutée (par l’app) et une phase « de résolution », non-minutée, pour savoir à quel point t’es dans l’eau chaude. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est probablement sous ce format que Vlaada aurait publié Space Alert en 2015.

Comme vous le voyez, le matériel est sympathique, coloré, et tiré directement du jeu vidéo du même nom. Assez minimal aussi: quelques « tokens », pas de livret de règles (tout est dans l’app), 3 formats de cartes à joeur (dont les « petites cartes » notoires de FFG).

Je n’en dirai pas beaucoup plus, puisque je compte livrer des explications et impressions beaucoup plus évoluées après quelques parties. J’ai très hâte de vous dire si le fait de gérer le budget en fonction des soldats/avions déployés, au risque d’être « dans le trou » et de voir la panique s’aggraver en vaut la peine…

Prochaine étape donc: jouer en solo, où tu occupes tout seul des quatres rôles. L’application te donne un peu plus de temps, mais il faut quand même que tu penses à tout.

Après, je vais me trouver trois mousquetaire et plus difficile encore une soirée de libre pour essayer ça. Évidemment, je vais me trouver un Science officer, un Squad Leader et un Comm Officer… j’ai la fibre du Commandant, voyez-vous, et il faut que j’aie quelques personnes à tyranniser, sinon c’est moins drôle…

Comment ça vous voulez un soldat de plus, Squad Leader? Hors de question, j’ai déjà donné les crédits aux scientifiques pour la prochaine dissection, il faudra vous contenter de votre budget. Exécution!

Le plateau, tout prêt à jouer!
Le plateau, tout pret à jouer… le Commandant (et son budget) tout en bas, le scientifique au fond, le Squad Leader et ses soldats à droite et l’Officier de Communication et ses tonnes d’UFO à placer à gauche.

 

ChezAlex is back, encore…

On est en 2015, c’est plus que jamais Back to the Future.

http://www.fireflycinemas.co.nz/wp-content/uploads/hqdefault.jpg
C’est cette année L’ANNÉE.

J’ai eu un sale crash la semaine passée. (Longue histoire courte: faites toujours attention pour ne pas écraser votre MBR en mettant GRUB à jour.), et le temps de réaliser qu’il valait mieux que je rebâtisse un serveur « from scratch », la question s’est quand même posée de ce que j’allais mettre dessus une fois remonté.

http://si.wsj.net/public/resources/images/PJ-BG145_HEALTH_DV_20120326163910.jpgJ’ai réussi à surmonter mon TOC de « tout garder » (j’ai l’intégrale de mes e-mails depuis 15 ans) et de juste… laisser aller. Fallait relire mon année 2014 pour me rendre compte qu’il ne s’était pas passé tant de choses que ça… j’ai été à la Spartan Race, à GenCon, et j’ai publié par exemple un article sur Warhammer Diskwars. C’est pas mal ça. Je me suis questionné si je remettais pas la première version de mon site, qui a été fort efficace pendant plusieurs années.

Mais j’en ai encore à dire à l’occasion… j’ai besoin d’un espace à moi pour donner des coups de gueule, des reviews de jeux de plateau. Pour faire des analyses de données boîteuses et des montages d’images idiots. J’ai aussi besoin d’un espace non-facebookien pour éviter de consolider l’image de weirdo que ma famille a déjà de moi.

Je reviens en même temps à WordPress, après une relation intellectuellement bandante mais ultimement fort peu satisfaisante avec Drupal (C’est un peu comme avoir trompé sa trophy wife avec la fille du tech support). C’est juste pas aussi agréable d’écrire des conneries dans leur éditeur. J’ai aussi « dé-alambiqué » le site… plus de forums, plus de « division semi-privée », whatever. Roots, baby.

Alors c’est reparti, aussi vite ou aussi lent que ce sera. En souhaitant que vous serez de la partie! 🙂

Quels sont les Jeux de Rôles les plus populaires?

Voici une idée foireuse:  Le site de Obsidian Portal, un site qui fournit wikis et calendriers pour jeux de rôles sur table, compte environ 68 000 campagnes créées par des Maître de jeu et est à la base « JdR Agnostique ». Ne serait-ce pas là un échantillonnage significatif pour jauger de la popularité d’un jeu de rôles par rapport à un autre? J’ai donc été obtenir le recensement de ces systèmes (bref cliquer « All Systems » sur la page des campagnes de Obsidian Portal), et j’ai compilé les résultats.

Vous pouvez voir le tableau complet au bas de cet article. Je vous vole le « punch » tout de suite: c’est D&D qui est au sommet.

Quelques mises en gardes/disclaimers:

  • Il est vrai que certains systèmes sont probablement mieux supportés que d’autres sur la plateforme, mais puisqu’elle supporte énormément de systèmes (« Other » est quand même 12e), ça fait une différence.
  • Il est aussi vrai qu’un même MJ peut créer plusieurs campagnes, mais il faut se souvenir que la version « gratuite » ne permet qu’un nombre limité de campagnes (2 il me semble), c,est plus représentatif que ça ne semble.
  • J’ai fait quelques petits ajustements pour regrouper, quand ça me semblait raisonnable:
    • D&D 3.0 et 3.5 ensemble.
    • Star Wars Saga et d20 ensemble.
    • D&D « Next » et 5e ensemble.
    • Il y en aurait sûrement d’autres à faire (d20 et True20? Savage Worlds et Deadlands?), mais je ne crois pas que ça fasse la différence du monde puisque les chiffres descendent assez rapidement.
  • Au final, un peu foireux comme métho mais pourquoi pas? Les résultats me semblent surprenamment cohérents.

Maintenant, des observations:

  • Donjons et Dragons et Pathfinder sont les grands mastodontes dans la salle, accaparant à eux seuls environ 57% de toutes les parties.
    • La 4e édition est très populaire! Ça m’a surpris, je la croyais plus « polarisée » que ça.
  • 90% des parties sont sur ~50 systèmes de jeu.
  • Je suis quand même surpris qu’il y aie plus de Mutants & Masterminds que de Vampire: The Masquerade. Les ’90s sont pas contentes.
  • Je ne suis PAS supris qu’il y aie plus de Vampire: The Masquerade que de Requiem. Les ’90 ont appellé, et ils ont EU leur jeu de rôles.

Je vous en prie, gênez-vous pas pour dire ce que vous en pensez. Surpris? Déçus d’un jeu? Y’a un jeu qui est trop haut/bas pour vous dans la liste?

Stats après le « jump »…

Continuer la lecture de Quels sont les Jeux de Rôles les plus populaires?

Warhammer Diskwars: Figurinophobie pour figurinoliques

Un autre achat impulsif, et un qui m’a donné entièrement trop de plaisir pour le montant que j’y ai investi. C’est la dernière version de Diskwars sortie par Fantasy Flight Games (FFG). C’est à la base un jeu de stratégie de guerre, comme les Warhammer 40K et autres Warmachine, où deux « généraux » se constituent une armée et vont se viander avec des petites troupes sur une table. Cependant, les troupes sont représentées par des disques de carton avec leurs statistiques imprimées dessus.

Pour la petite histoire, il faut savoir que Diskwars est un jeu des années ’90, originalement développé par le grand patron de Fantasy Flight Games, Christian T. Petersen (un grand danois, non pas le chien). Il se vendait à l’époque sur le model de « Blind Buy » de Magic: The Gathering (i.e. tu chassais les « disques rares ») et a obtenu un certain succès, ce serait même lui qui aurait gardé FFG « à flot » dans cette période difficile qu’étaient la fin des années ’90.

On a vu de plus en plus le modèle du « jeu de table pas à peinturer » avec les années: HeroWars, HeroClix ou Star Wars Miniatures par exemple. Ils ont même sorti des version sous licence pour Légende des 5 Anneaux et Deadlands.

Tactique, tactique, quand tu nous tiens

Chaque joueur choisit son équipe, on place le « terrain » (forêts, cavernes et tours de garde) sur la table de 36″x36″, on déploie les armées et on se rentre dedans.

Il y a beaucoup de mécaniques élégantes: les disques se déplacent en « flippant » sur eux-mêmes, ce qui « auto-mesure » le mouvement, et attaquent les autres disques lorsqu’ils les « pinnent » en flippant dessus. le jeu se joue en 5 « tours », ce qui donne des batailles d’environ 1h pour des parties à « 2 régiments » (voir ci-dessous). Les règles de tir fonctionnent avec des dés (voir l’illustration du Steam Tank ci-dessous) et ça représente la majorité du peu de hasard présent dans le jeu; c’est très tactique.

Les règles sont disponibles ici (elle sont bien illustées en passant).

Tout est « stream-liné » à l’extrême pour un jeu de stratégie. C’est le genre de chose qui va plaire ou déplaire, mais absolument tout est « codifié » et « normalisé » dans les règles:

  • Le déploiement, qui fait usage de cartes qu’on place le long de son bord de tables pour créer des « zones de déploiement ». Certaines ont des caractéristiques spéciales comme « À couvert » ou des bonus aux renforts, etc.
  • Le terrain, où l’on tire au hasard des morceaux de terrain avec des habiletés bien précises (bloque le tir, terrain défensif, etc.) que l’on place chacun son tour.

Pas besoin de peindre, pas besoin d’assembler, pas besoin de s’acheter des petites collines ou des arbres de modèles réduits ferroviaires. Pas même besoin de ranger méticuleusement à la fin de la partie: le tout s’envoie manu militari dans des sacs Ziploc, et fitte dans une boîte. Le jeu à l’état pur.

J’ai un marteau de guerre, il m’a coûté 40k…euh… 40$.

Contrairement au PQ nous pouvons parler avec certitude d’un bon « deal » à l’achat de la boîte. Pour 40$, il y a à l’intérieur un jeu de figurines vraiment très complet et extensible au besoin:

  • Tout ce qu’il faut pour la mécanique du jeu: dés, marqueurs, règle pour mesurer, etc.
  • Du terrain (en carton bien sûr) pour meubler sa table de jeu.
  • 4 Armées complètes et modulaires.
    • L’Empire avec ses trois héros et un Steam Tank.
    • Les Hauts Elfes, comprenant les mythiques Tyrion et Téclis.
    • Le Chaos et une horde de démons pustulants
    • Les Orcs, livrés WAAAGGH! inclus.
  • Toutes les cartes requises pour la « construction d’armée », et le déploiement.
  • Des cartes de scénarios et d’objectifs, qui font varier chaque partie puisque les joueurs peuvent avoir des objectifs radicalement différents, ainsi que des « règles spéciales de partie ».

Armées « Custom-Fit »

On détermine l’ampleur d’une partie par un nombre de régiments (2 ou 3 régiments généralement). On bâtit son armée comme suit (Ordre ou Destruction).

  • Les « régiments » que tu composes: Ils sont obligatoirement menés par un Héros, qui donne un certain nombre de points à « dépenser » sur les unités, chaque unité valant évidemment un nombre de points proportionnels à sa puissance (juste ci-dessous, des disques de l’extension naine, un héros et une unité):

  • Le choix de « cartes de stratégie », qui sont des cartes d’activation avec des effets spéciaux. Il ya une mécanique « roche-papier-ciseau » dans le jeu des cartes pour qui activera ses disques en 1er.

Il y a amplement de quoi s’amuser à faire des « listes d’armées » avec une boîte de base, mais ceux qui ont la piqûre peuvent s’acheter une 2e « boîte de base » pour faire plus de combinaisons, mais cela n’est absolument pas nécessaire.

L’avenir, quand il tient ses promesses.

Comme je l’ai dit, après quelques parties j’ai beaucoup de plaisir. N’ayant jamais été un fan fini de figurines, j’aime beaucoup le côté « ludique, accessible mais profond » de ce type de jeu, en plus d’y retrouver l’univers familier de Warhammer (j’aime Grom the Paunch, qui regénère depuis qu’il a mangé du Troll).

Pour peu que vous êtes impulsifs vous aussi, un achat sûr.