Mon corps est un vaisseau spatial

Qu’est-ce que la vie, sinon un long voyage dans le cosmos a 110 000 km/h?

C’est cette année, par un samedi après-midi qui n’avait tellement rien de spécial que j’en oublie même son mois, que je me suis rendu compte que j’avais le visage de mes quarante ans. « Dommage », me suis-je dit, parce que j’en ai trente-neuf.

Je ne sais pas ce à quoi ressemble exactement la quarantaine, si ce n’est que le visage que j’avais devant les yeux était un peu plus rond, avec un peu plus d’encre de chine. Un visage avec des yeux qui toisent maintenant plus facilement qu’il ne rient. Malgré cela, rien dans ce visage que me renvoyait le miroir ne laissait présager d’épiphanie. Elle m’est tout de même venu en un éclair.

Ouin, ben c’est ça mon corps. J’en aurai pas d’autres. *se sont écoulés de longs moments de réflexion*. Ça va faire la job.

Ce sont précisément ces mots me reviennent depuis cet instant, et m’apaisent quand j’ai quelque angoisse qui traîne à propos de mon physique. Me rassurent qu’il me portera à bon port, malgré les petits bourrelets qui voulaient sortir de mon t-shirt arborant fièrement (?) le logo de la radio étudiante de mon CÉGEP, malgré mon cuir chevelu reluisant là où j’aurais vraiment aimé qu’il reste mat, malgré les poils hirsutes à des endroits préférablement glabres, ou encore mon menton d’une droiture insatisfaisante.

Après tout, c’est mon vaisseau spatial. Oh! Il a parfois pas l’air bien élégant…. comme la bonne vieille Enterprise qui ressemble à rien avec ses deux affreuses nacelles et sa soucoupe. Va nécessiter beaucoup d’amour et d’entretien d’ailleurs, comme le Serenity. Il aura ses sautes d’humeurs et me trahira parfois, comme le Millenium Falcon au moment de passer en hyperespace. Mais jusqu’à ce qu’un beau jour, préférablement plus tard que tôt, il rende l’âme (mon âme) au détour d’une voie express hyperspatiale, ce sera mon habitacle à moi, mon moyen de transport, ma nacelle et mon refuge. Le seul que j’aurai jamais, d’ailleurs. Alors il va être ben correct.

Je vous parlerai peut-être un jour de mon prochain défi; après le fuselage, s’attarder à ce qui se passe dans le cockpit, c’est là que les tableaux de bords indiquent des méandres et trous noirs qu’il me faudra garder à l’œil. Mais pas cette année. Cette année je vais seulement me réjouir d’avoir fait la paix avec mon corps, c’est un privilège qui n’est pas donné à tous, et beaucoup l’ont probablement beaucoup plus difficile que je ne puisse l’avoir. À ceux-là, un souhait: donnez-vous le droit d’aimer votre reflet dans le miroir.

Il s’agit après tout d’un bolide filant à toute allure à travers les étoiles; il faut respecter ça.

Mon jeu de l’année 2017… est une extension.

Je joue à des jeux de société pour l’émotion. Au sein de mon imaginaire, chaque situation tordue, chaque puzzle à première vue insoluble, chaque seconde d’un sablier qui s’écoule apportent des sentiments que ne pourront jamais reproduire même jeux vidéos ou films. Parce que je partage autour d’une table de jeu des univers entiers avec mes adversaires ou coéquipiers, des histoires, des moments complices et exaltants.

Rien de paru en 2017 n’illustre mieux cette raison fondamentale que mon coup de coeur de l’année, qui est une boîte pourtant inutile sans le jeu de base; une vile extension. N’en faisons pas de cas, entendons-nous donc pour « la meilleure boîte de carton à vocation ludique publiée cette année », et passons aux choses sérieuses.

Continuer la lecture de Mon jeu de l’année 2017… est une extension.

Petite nouveauté!

Un peu en avance pour le 3e anniversaire de sa nouvelle mouture (et environ son 13e anniversaire), ChezAlex se dote d’une toute nouveauté pour les deux ou trois personnes qui fréquenteraient ce qu’on appelle communément « le Facebook ».

https://www.facebook.com/chezalex.net/

Elle servira de frontispice pour le site actuel, évitera que j’aille publiciser à outrance les articles sur les groupes dont je fais partie, et facilitera sans doute le partage et la discussion!

« Likez »-la, suivez-la, mangez-en c’est bon!

Le Blood Bowl nouveau: Hommage mérité et renouveau ou attrape-nigaud pour fans finis?

Les livres de la novuelle édition
Ils ont mis de la couleur, ils ont mis du beau papier, mais pas foutu de faire tenir ça en un seul livre?!?

Il y a les films cultes comme The Big Lebowski ou The Rocky Horror Picture Show. Il y a les séries cultes comme X-Files ou Twin Peaks. Il y a même les jeux vidéos cultes, comme StarCraft ou les Monkey’s Islands. Or, s’il existe un panthéon des jeux de société cultes, Blood Bowl siège certainement quelque part à la table de leur conseil d’administration (avec Magic: The Gathering et Twilight Imperium, disons). Bon an mal an, et malgré la difficulté parfois extrême de se procurer le jeu ou ses accessoires, des milliers voire des dizaines de milliers de « coaches » à travers le monde continuent aujourd’hui de pratiquer le Blood Bowl régulièrement dans des « ligues » organisées ou des tournois rassemblant parfois plusieurs centaines de joueurs/coaches(!).

Un peu de nouveauté tout de même - les balles s'emboîtent dans les bases lors du transport vers la zone des buts.
Un peu de nouveauté – les balles s’emboîtent dans les bases lors du transport vers la zone des buts.

Blood Bowl est un jeu de Football (américain) Médiéval Fantastique Sanglant, où s’affrontent deux joueurs avec chacun une équipe “personnalisée” d’une douzaine de figurines. Les elfes sont agiles, fragiles et jouent le “jeu de passe”. Les nains et les orques jouent « physique », et pour eux une stratégie valide est « si tous les joueurs adverses sont morts ou blessés, c’est plus simple de scorer ». Le jeu est empreint d’un humour certain: il est par exemple possible pour un Troll de lancer un gobelin par-dessus la défensive adverse, mais il arrive que le premier aie assez faim et décide de plutôt dévorer le second à la place. Tels sont les aléas du Blood Bowl.

Sorti pour sa première édition vers la fin des années ’80, Blood Bowl a relativement prospéré jusqu’en 2002, puis a été carrément abandonné par Games Workshop pendant plus d’une décennie. Confié à une filiale “marginale” (Specialist Games) au profit de leurs sorties “grand public”, plus lucratives, cela aura laissé un goût amer aux fans, mais plus maintenant! Réalisant qu’ils étaient assis sur une montagne d’argent dormant, Games Workshop vient tout juste de lancer une nouvelle édition qui sent la figurine neuve!

Figurines et photos dans la suite de l’article!

Continuer la lecture de Le Blood Bowl nouveau: Hommage mérité et renouveau ou attrape-nigaud pour fans finis?